Le Pliensbachien supérieur (Domérien) du Berry oriental


Le Carixien et le Domérien forment ensemble le Pliensbachien (environ 191-187 M. a.), correspondant ainsi respectivement au Pliensbachien inférieur ( voir Carixien) et au Pliensbachien supérieur. Dans le cas de la coupe de l'autoroute A71, le gisement complet s'échelonnait de la zone à Davoei, sous-zone à Figulinum, à la zone à Spinatum, sous-zone à Apyrenum. La première zone du Domérien basal, c. à d. la zone à Stokesi, se superposait directement à la sous-zone à Figulinum du sommet du Carixien, ce qui nous permettait de suivre, à partir de spécimens trouvés in situ, l'évolution des Liparoceratidae "capricornes", depuis leur probable ancêtre (le genre Liparoceras s. l. du Carixien moyen) jusqu'aux Amaltheidés du Domérien inférieur. Deux formes de transition manquent cependant dans le tableau : Aegoceras maculatum suivant Beaniceras luridum et Oistoceras sinuosiforme s'intercalant entre Aegoceras capricornus et Oistoceras figulinum (Dommergues, J.L., 1982).

Essai de reconstitution de l'évolution des Liparoceratidae "capricornes"

Liparoceras s. > Beaniceras centaurus > B. rotundum > B. luridum > Aegoceras capricornus > Oistoceras figulinum > Amaltheus bifurcus >A. stokesi

Lithologie

Les affleurements domériens sont sans exception d'origine marine. Les épaisses couches de marnes grises sont les signes d'une sédimentation lente en milieu profond. Très peu de bancs endurés s'intercalent dans ces niveaux argileux. D'ici et là, on peut découvrir des cristallisations de gypse translucide, la plupart du temps de petite taille, mais bien formées.

Macrofaune

Certains genres et espèces persistent depuis le Pliensbachien basal. De nouvelles ammonites apparaissent également, tantôt d'origine boréale (Amaltheus), tantôt téthysienne (Protogrammoceras), accompagnées de nautiles, de belemnites, de brachiopodes, de gastéropodes, d'articles de crinoïdes et de rares bivalves...

Conservation

La conservation de la faune est semblable à celle du Pliensbachien inférieur : moules internes limoniteux ou pyriteux pour les céphalopodes, exception faite des rostres de belemnites qui sont calciteux. Le reste de la faune a souvent gardé la coquille ou le test ou se trouve sous forme de moules marno-calcaires, internes ou externes.

Microfaune

Un niveau à petits oursins, probablement du genre Diademopsis, est également à signaler à la base de la sous-zone à Stokesi. Les céphalopodes représentent néanmoins l'essentiel de la faune.

Epaisseur des dépôts

64m pour la totalité du Pliensbachien supérieur

Articles d'Isocrinus sp, en forme de petites étoiles